LE COIN LIVRE

Sur cette page, l’abécédaire des meilleures lectures que j’ai faites qui concernent exclusivement le cinéma !

______________________________________________________________________________

ANATOMIE D’UNE SAGA – STAR WARS

De Laurent Jullier

star4 / 7

Résumé : Star Wars, comme disent ses fans, c’est tellement plus que du cinéma. Il y a les romans, les jeux, les BD, les sites internet, les costumes, les encyclopédies sans parler du programme de la défense nationale des États-Unis. Certes ; mais surtout, Star Wars est un univers qui s’adopte et qu’on utilise à la manière d’un jeu de construction pour produire à son tour et aussi pour réfléchir à des questions importantes. Un style de vie, parfois. Ce livre entend essayer de comprendre comment une saga de six films a pu engendrer un tel phénomène d’appropriation.

Quels sont les facteurs susceptibles d’expliquer, en partant des seules données audiovisuelles qui proviennent de l’écran, pareil investissement – en termes de temps, d’argent, de confiance et d’amour – dans un univers de science-fiction ? Pour répondre, il faut décortiquer les films et les comparer aux classiques de l’histoire du cinéma, il faut mesurer la différence entre les chevaliers du Moyen Âge et les chevaliers Jedi, consulter les sites spécialisés, regarder les courts-métrages réalisés par les fans, analyser les hommages et les parodies et s’attendre à voir apparaître des résultats qui n’étaient pas ceux que l’on attendait. Un livre pour tous ceux et toutes celles qui ont envie de réfléchir à ce qui fait l’essence du cinéma populaire.

______________________________________________________________________________

Art de filmer (L’)

de gustavo mercado

star4 / 7

Résumé : Avec les nombreux appareils numériques qui nous permettent aujourd’hui de filmer en HD, réaliser un film d’une vraie qualité graphique est désormais à la portée de tous. Raconter une histoire avec des images en mouvement est l’une des formes d’expression artistiques les plus exaltantes de notre époque.

L’Art de filmer vous enseigne de manière claire et pédagogique l’art et la manière d’utiliser différents cadrages pour donner du sens à votre histoire. Grâce à cet ouvrage, vous comprendrez à quel point chaque plan joue un rôle essentiel dans le schéma narratif d’un film, et vous identifierez rapidement le matériel nécessaire à leur réalisation.

Vous apprendrez à faire des choix esthétiques et expressifs en fonction des plans que vous souhaitez réaliser, en analysant certains des plus grands chefs d’oeuvres du cinéma contemporain (Pulp Fiction, Amélie Poulain, Matrix, Elephant Man ou La Haine…). Après une introduction des différents types de plans traditionnellement utilisés au cinéma, l’auteur présente les règles visuelles, les techniques et l’équipement nécessaire pour réaliser ces plans. Il apporte également des exemples où les règles ont été brillamment transgressées pour augmenter leur impact stylistique et émotionnel.

______________________________________________________________________________

Cinéma & Mythe

Collectif

star3 / 7

ZZaffiche2

Résumé : On trouvera dans ce volume une mise en lumière de la richesse et de la diversité de la représentation des grands mythes fondateurs dans le cinéma anglo-saxon, qui en propose des lectures orthodoxes, subversives ou ironiques.

______________________________________________________________________________

CINEMAS D’ASIE ORIENTALE

Collectif : dirigé par Antoine Coppola

star4 / 7

4328-oriental-z

RésuméLe cinéma asiatique, aujourd’hui incontournable, est pourtant encore un continent dont l’histoire et l’esthétique restent à découvrir. Nous nous intéressons ici au cinéma de Corée, une patrie du cinéma enfin en effervescence ; aux derniers feux et génies crépusculaires du cinéma japonais, et à l’histoire encore à écrire des cinémas d’Asie du Sud-Est, en particulier la Thaïlande, le Vietnam et les Philippines.

Pour la première fois, plutôt que de reproduire les schémas colonialistes dans la pensée du cinéma, place a largement été faite à des écrits de chercheurs issus des pays concernés. Centres d’intérêts et méthodologies sont ainsi comparables. L’ouverture aux spécialistes internationaux nous permet aussi d’entendre parler d’un cinéma d’Asie différent des quelques films que les écrans européens diffusent. Un continent surgit alors, dévoilant les filtres des distributeurs et festivaliers occidentaux. Les textes de chercheurs coréens, japonais, philippins et thaïlandais sont aussi accompagnés de ceux de chercheurs internationaux issus d’Oxford, d’universités américaines comme de critiques occidentaux résidents en Asie.

______________________________________________________________________________

Cinéma et spiritualité de l’orient extrême : Japon et Corée

de Roland Schneider

star3 / 7

2747541630r

RésuméLa seconde moitié du XXe siècle a vu émerger dans l’histoire du cinéma mondial l’Empire du Soleil Levant, puis le Pays du Matin Calme. Sous une gestuelle superficiellement qualifiée d’exotique, la somptuosité des costumes et la splendeur de l’image ont séduit l’Occident. Mais seule une étude approfondie de ces cultures lointaines permet d’en assimiler tout le raffinement. Du confucianisme au taoïsme, l’Orient Extrême a cheminé vers le bouddhisme zen, incomparable art de vivre que nos mentalités occidentales ont réduit à un phénomène médiatique artificiel. De l’art du Gandhara à la Route de la Soie, l’impressionnante silhouette de Bouddha ne cesse d’interroger l’éternel dialogue entre l’Orient et l’Occident.

______________________________________________________________________________

Cinéma gore, une esthétique du sang (le)

de Philippe Rouyer

star3 /7

RésuméLe cinéma gore, héritier des représentations théâtrales du Grand-Guignol, se définit par la représentation explicite du sang et des mutilations à l’écran. Cet ouvrage retrace l’histoire de ce cinéma et montre comment son développement déborde le cadre étroit du film d’horreur. Il propose aussi une étude esthétique du gore qui débouche sur l’examen attentif de l’oeuvre de treize grands auteurs aux conceptions fort différentes. Car contre toute attente, il existe presque autant de manières de filmer le sang que de cinéastes.

Directeur de la collection 7e Art, Guy Hennebelle a fondé les revues CinémAction et Panoramiques. AUTHORBIO; Philippe Rouyer, critique à la revue Positif depuis 1985, enseigne l’analyse de film à Paris I. Il est l’auteur d’Initiation au cinéma et de nombreux essais sur le cinéma fantastique.

______________________________________________________________________________

En un clin d’oeil

de Walter Murch

star4 / 7

RésuméWalter Murch est le monteur et sound designer attitré de Francis Ford Coppola. Depuis quatre décennies, il a observé, pratiqué, analysé et transformé le montage cinématographique. En un clin d’’oeil est le récit de son expérience à tous les cinéphiles et apprentis monteurs. Murch raconte les aventures les plus extraordinaires de sa carrière, les différentes évolutions technologiques et la manière dont elles ont transformé son approche du montage.

Il rend également compte des méthodes personnelles qu’il n’a cessé de réinventer. Le clin d’’oeil, mais aussi la cuisine, les chimpanzés, la médecine, la danse, les étoiles… sont quelques-unes des comparaisons et métaphores convoquées par Murch afin de rendre claire, lumineuse, irrésistiblement simple et parlante la description d’une pratique complexe.

En un clin d’oeil est le livre de pensées plein d’’humour et d’’anecdotes d’un inventeur soucieux de transmettre l’’« aperçu d’une recherche personnelle d’équilibre dont l’intérêt de la lecture tient plus au chemin parcouru qu’aux méthodes spécifiques que ce chemin a engendrées ». Le livre s’’ouvre par un avant-propos amical et élogieux de Francis Coppola et par une préface spécialement rédigée par Walter Murch pour cette traduction française.

______________________________________________________________________________

Ecrire un scénario

de Michel Chion

star4 / 7

RésuméAutour de quatre films célèbres, Le Testament du Docteur Mabuse de Fritz Lang, Le Port de l’angoisse de Howard Hawks, L’Intendant Sansho de Kenji Mizoguchi et Pauline à la plage d’Eric Rohmer, avec aussi d’autres exemples puisés dans l’histoire du cinéma, cet ouvrage se veut un guide d’un nouveau genre pour l’écriture d’un scénario de cinéma.

Il ne prétend pas édicter des normes ou imposer des modèles, mais cherche plutôt à rendre compte des techniques utilisées systématiquement ou intuitivement dans tout scénario, en montrant qu’elles ne sont pas arbitraires et répondent à certains principes. L’auteur s’attache aussi à montrer comment on peut les retourner, les dévier ou les renouveler. Cinq chapitres inventorient successivement les divers éléments du scénario, les ressorts dramatiques, les procédés de construction et de narration, les fautes possibles qu’il est toujours permis de commettre.

Enfin, l’ouvrage est complété d’annexes documentaires et pratiques, concernant par exemple les diverses présentations possibles d’un scénario : traitement, continuité dialoguée, découpage technique.

______________________________________________________________________________

Femmes d’action au cinéma (Les)

De Raphaëlle Moine

star3 / 7

RésuméLe cinéma a mis les femmes d’action en bonne place dans l’immense bazar de l’imaginaire occidental. De princesses de conte de fée en icônes postmodernes, de délinquantes en justicières, de flingueuses en amoureuses, le 7e art joue à l’envi de la féminité et de ses possibles … Loin des Pénélopes soumises et effarouchées, ces héroïnes de choc qui virilisent la féminité et féminisent la virilité flirtent délicieusement avec toutes nos ambivalences.

______________________________________________________________________________

Formes et obsessions du cinéma américain contemporain

de Vincent Amiel et Pascal Couté

star5 / 7

41DZ85Z70YL._BO2,204,203,200_PIsitb-sticker-arrow-click,TopRight,35,-76_SX385_SY500_CR,0,0,385,500_SH20_OU08_

RésuméCe livre veut tenter d’approcher la diversité du cinéma américain contemporain, tout en ayant un regard critique sur la production industrielle hollywoodienne. Il s’agit d’un parcours qui s’attache à montrer comment des formes surgissent ou s’imposent, comment d’autres sont revisitées, comment des obsessions, formelles ou thématiques, se croisent ou se disjoignent.

Parfois centrées sur un auteur ou sur un film particulier, parfois transversales, les 50 questions structurant cet ouvrage abordent aussi bien des données stylistiques, que des questions comme celles du corps, de la vitesse, de l’humain et de l’inhumain, de la liberté et de la dépendance. Cette traversée du cinéma américain vise ainsi à donner à sentir l’hétérogénéité esthétique et thématique de cette cinématographie et à offrir, ce faisant, un visage aussi étonnant que contrasté de l’Amérique d’aujourd’hui.

______________________________________________________________________________

Génie de Pixar

de Hervé Aubron

star3 / 7

RésuméLe Monde de Nemo, Monstres & Cie, la trilogie Toy Story, Ratatouille, Wall-E, Là-haut : autant de films qui ont à la fois ravi les spectateurs de tous âges et conquis la critique. En 2010, Toy Story 3 s’est retrouvé en tête des classements de nombreuses rédactions, et Quentin Tarantino lui-même l’a élu film de l’année ! À la fois récit, poème et éloge, ce livre raconte la fabuleuse réussite de Pixar à la manière d’une saga : la naissance dans le désert de l’Utah, les expérimentations pionnières d’Ed Catmull et Alvy Ray Smith, les premiers courts métrages de John Lasseter, le rôle joué par George Lucas et par Steve Jobs… Il décrit également les fictions de Pixar comme autant d’allégories du numérique, et le studio lui-même comme un laboratoire, au sein duquel les ordinateurs répètent leur cérémonie d’adieux à l’homme.

______________________________________________________________________________

Genres du cinéma (Les)

De Raphaëlle moine

star3 / 7

 

RésuméLe genre, notion centrale dans la production cinématographique, suscite de nombreuses interrogations. Comment le définir et le reconnaître Quelles fonctions remplit-il dans les processus de production et de réception des films? Comment s’inscrit-il dans l’histoire du cinéma? Pour y répondre, ce livre propose une réflexion conjointe sur la notion elle-même, sur les principaux genres et sur les « gestes génériques » qui consistent à nommer, reconnaître ou exploiter des genres cinématographiques.

Cette synthèse des théories et des analyses portant sur les usages de la notion de genre au cinéma, est illustrée de nombreux exemples empruntés aussi bien à la filmographie hollywoodienne classique (western, comédie musicale, mélodrame, film noir, etc.) qu’au cinéma de genre contemporain, aux cinémas européens ou asiatiques. Intégrant les dernières recherches dans le domaine, cette nouvelle édition s’adresse aussi bien aux chercheurs qu’aux étudiants en cinéma, qui se doivent de maîtriser cette notion.

______________________________________________________________________________

Guillermo del Toro : Des hommes, des dieux et des monstres

de Charlotte Largeron

star3 / 7

Résumé : Dès Cronos, son premier long-métrage, Del Toro impose un univers original, mêlant mythologie, spiritualité et épouvante. La suite de son oeuvre va s’enrichir de mondes sous le monde, d’univers emboîtés, de monstres humains et surhumains (Le Labyrinthe de Pan, Mimic, les créatures de Bilbo le Hobbit, Pacific Rim), de super héros (Blade, Hellboy), de fantômes (L’Echine du diable), de vampires (sa trilogie romanesque coécrite avec Chuck Hogan : La Lignée). Il devient également le producteur inspiré de L’Orphelinat, Les Yeux de Julia, Biutiful, Mama… Richement illustré, complété d’entretiens inédits avec le réalisateur et préfacé par Joann Sfar, le livre revient sur l’ensemble de l’oeuvre et du parcours de l’artiste.

______________________________________________________________________________

Hollywood classique – Le temps des géants

de Pierre Berthomieu

star4 / 7

Résumé : Le cinéma d’Hollywood est un art de la plénitude : ses histoires embrassent le monde, ses images sidèrent et transportent, ses créateurs ne s’imposent aucune limite, tous les genres sont représentés et la démangeaison d’infini y est permanente. Ignorant la hiérarchie culturelle, Pierre Berthomieu propose dans ce premier volume, allant des origines aux années 1960, une histoire inédite de l’art hollywoodien : histoire des formes, des styles, histoire des artistes (acteurs, réalisateurs, scénaristes, décorateurs, musiciens).

Hollvwood est à l’origine de codes et de genres précis (le film biblique, le film historique et romantique comme Autant en emporte le vent, les musicals…), d’esthétiques sans cesse enrichies, d’échanges artistiques (théâtre, opéra, musique, cinéma, animation, télévision), mais aussi d’icônes (King Kong, Marilyn Monroe…), d’inventions (le Technicolor, le Scope), d’oeuvres d’auteurs à part entière (Cecil B. DeMille, Michacl Curtiz, Clarence Brown, John Ford, Alfred Hitchcock, Orson Welles, George Stevens, King Vidor, Robert Wise…).

Feuilletoniste à sa façon, l’auteur reconstitue la saga hollywoodienne, avec ses familles et ses rituels, ses héritages et ses révolutions, alternant parcours chronologiques et approches transversales, privilégiant les filiations (échos, écarts), les transferts d’un cinéaste à l’autre, d’une forme à l’autre, les persistances ou infléchissements thématiques. Il saisit les liens de l’intérieur de la création, en remontant aux sources : il recourt à d’abondants documents visuels – près de trois mille illustrations -, à des propos d’artistes publiés pour la première fois en France.

______________________________________________________________________________

Hollywood moderne – Le temps des voyants

de Pierre Berthomieu

star4 / 7

34767460_8323751

RésuméAprès un premier volume allant des origines aux années 1960, Pierre Berthomieu poursuit son histoire inédite de l’art hollywoodien. Sans parler de décadence ou de rupture avec le classicisme, Hollywood entre dans le temps des modernités dès les films d’Elia Kazan, John Huston, Otto Preminger. La suite prend la forme de diverses innovations esthétiques et de révolutions dans la nature et la diffusion des images de cinéma qui conduisent jusqu’aux productions les plus récentes – l’auteur laisse en point de mire les ultimes mutations hollywoodiennes, qui seront évoquées dans un troisième volume.

Hollywood moderne revisite les genres (le thriller, le film d’action, la science-fiction, l’érotisme…), impose de nouveaux canons, de 2001, l’odyssée de l’espace et Titanic à des cinéastes comme Clint Eastwood, Francis Ford Coppola, Brian De Palma. Il reste un art à la vocation populaire, à l’ambition spectaculaire (David Lean, Ridley Scott), naturellement cosmique (Steven Spielberg, Star Wars, John Williams) et métaphysique (Martin Scorsese, Terrence Malick).

Sans oublier des figures moins attendues (Sydney Pollack, Robert Mulligan, John Frankenheimer, Frangin J Schaffner), Pierre Berthomieu alterne parcours chronologiques et approches transversales, privilégie les échos et les écarts, saisissant les liens de l’intérieur de la création et remontant aux sources. Il recourt à près de cinq mille illustrations et à des propos d’artistes souvent publiés pour la première fois en France.

______________________________________________________________________________

Hollywood, la norme et la marge

de Jean-Loup Bourget

star4 / 7

Résumé : La double ambition de cet ouvrage est de proposer un panorama du « cinéma hollywoodien classique »(1930-1960), et de formuler quelques hypothèses permettant d’expliquer la diversité et la complexité, trop souvent méconnues, de ce cinéma.

L’auteur présente les principaux genres du cinéma hollywoodien, l’esthétique des grands studios, les implications du code d’autocensure, la typologie des stars. Souvent perçu comme un moyen de propagande et de réforme sociale, même à Hollywood, le cinéma est envisagé en premier lieu dans son contexte idéologique, puis dans son environnement artistique : art de masse, il s’inscrit dans un horizon culturel complexe. Ce livre fait enfin le point sur les échanges artistiques entre Hollywood et les autres cinémas, allemand, anglais, scandinave, italien… Il se conclut par une étude des marges esthétiques qui ne cessent de parasiter la belle ordonnance du classicisme hollywoodien.

______________________________________________________________________________

James Bond 007 : Figure mythique

de Fabien Boully & Vincent Chenille

star4 / 7

Résumé : Comment l’agent 007 a-t-il accédé au statut de mythe? Comment a-t-il envahi l’imaginaire collectif jusqu’à devenir un véritable phénomène culturel? Décortiquer le mythe James Bond et proposer une plongée dans son univers, tel est l’objectif de cet ouvrage. Si les romans de Ian Fleming ont fait date dans la littérature d’espionnage, l’engouement pour 007 explose avec les films. Gun Barrel, génériques, gadgets, James Bond girls, Méchants… : le monde bondien est un lot de figures rituelles qui entretiennent sa popularité. Né pendant la guerre froide, ce héros des temps modernes, véritable saint Georges en smoking, reflète l’évolution des mentalités tout en recyclant les mythes anciens (Héraclès, Dionysos…). Un bel ouvrage à l’esthétique pop pour découvrir les différentes facettes de cette figure internationale.

______________________________________________________________________________

KUROSAWA

de Hubert Niogret

star3 / 7

Résumé : Du réalisme social des films de l’immédiat après-guerre (Un merveilleux dimanche. L’Ange ivre. Un chien enragé) aux réalisations plus introspectives des années quatre-vingt-dix (Rêves, Rhapsodie en août. Maadayo), l’oeuvre d’Akira Kurosawa frappe par son ampleur et sa diversité. Inaugurée en 1943 avec La Légende du grand judo, elle a rapidement connu une grande renommée dans son pays, puis, dès le milieu des années cinquante, une résonance internationale avec une succession de chefs-d’œuvre qui ont marqué l’histoire du septième art : Rashomon, L’Idiot, Vivre. Les Sept Samouraïs. Le Château de l’araignée. Guère soucieux de théorie, ouvert à tous les genres (policier. comédie, mélodrame), curieux de la petite comme de la grande histoire.

L’«empereur» du cinéma japonais s’impose par la générosité sans faille de son humanisme, ainsi que par une écriture qui emprunte à tous les arts (théâtre, peinture, poésie, musique) et circule sans gêne entre Shakespeare et le Japon moderne, tout en témoignant d’une exceptionnelle cohérence formelle. Pour évaluer l’originalité et la beauté de ce style, c’est d’abord à la mise en scène de Kurosawa qu’Hubert Niogret s’intéresse ici : dispositifs, dramaturgie, textures, tempo, espaces – expression d’un regard unique, mais offert à tous les hommes et à tous les temps. —– Collaborateur de la revue Positif depuis l969. Hubert Niogret est producteur de longs métrages de fiction et de programmes télévisuels. Il enseigne aux universités de Paris I et Paris III.

______________________________________________________________________________

Perception-cinéma, les enjeux stylistiques d’un dispositif

de Clélia Zernik

star3 / 7

Résumé : En marge de la classification deleuzienne, cet essai tente de proposer une nouvelle typologie des films: une stylistique qui prendrait en compte la place et l’expérience perceptive du spectateur. Sous cet angle, les styles deviennent les différentes manières de faire dévier notre perception ordinaire à partir des contraintes liées au dispositif de réception cinématographique. En variant la distance symbolique du spectateur au film, le champ des possibilités stylistiques s’ouvre – d’un traitement du monde en termes d’image à un dégel de l’image pour en faire un mode.

______________________________________________________________________________

Pin-ups au cinéma (Les)

De Laurent Jullier, Mélanie Boissonneau

star2 / 7

Résumé : Les pin-up sont de retour. Elles n’étaient pas parties bien loin mais le féminisme les avait assimilées à des femmes-objets domestiquées pour servir le « désir de voir » masculin. C’est fini : la pin-up est devenue l’une des incarnations du girl power, et le cinéma l’a souvent entendu de cette oreille, bien avant que le retour en vogue du burlesque valide cette association. 

D’où vient la figure de la pin-up ? Quand est-elle apparue ? Comment s’est-elle modifiée au cours des époques ? À quoi ressemblait une pinup en 1920? Que faut-il à une actrice pour endosser ce rôle ?… Ce sont quelques-unes des questions auxquelles répond ce livre. Marilyn, Betty, Martine, Jessica… La pin-up est là pour être regardée, mais être regardée ne fait pas d’elle une potiche.

______________________________________________________________________________

Qu’est ce qu’un bon film ?

de Laurent Jullier

star5 / 7

Résumé : A l’appui des appréciations innombrables que chacun de nous (profane, amateur, cinéphile ou critique) porte au fil des jours sur tel et tel films de cinéma, il n’est guère difficile de repérer certains critères fortement récurrents. Sous des habillages infiniment variés – du plus naïf au plus distingué -, Laurent tullier, isole six critères de jugement de goût en matière de cinéma : le succès, la technique, l’édification, l’émotion, l’originalité, la cohérence.

A partir de nombreux exemples empruntés à la critique ou aux conversations de tous les jours, il décortique l’usage, le sens et les conditions de validité de ces critères. Il fait ainsi exploser quelques-uns de nos dogmes, de nos rituels ou de nos marottes. Après l’avoir lu, nous n’échangerons peut-être plus les mêmes propos en sortant d’une salle de cinéma. Mas ce livre jubilatoire ne concerne pas que le cinéma, il constitue, plus largement, une sorte d’introduction à un usage raisonné du jugement de goût.

______________________________________________________________________________

Symptôme avatar (le)

de Frank Pierobon

star4 / 7

 

Résumé : Avatar, le film de James Cameron (2009), aura été un succès commercial d’une ampleur exceptionnelle, à considérer davantage comme le symptôme d’une certaine société en crise spirituelle, que comme l’expression personnelle d’un créateur, fût-il exceptionnel. Sur cette base, Frank Pierobon, au terme d’une déconstruction très poussée, en extrait l’emblème de notre postmodernité finissante : un Deus ex Fantasma, soit une dérisoire rédemption par le rêve, faute de tout autre salut. Frank Pierobon est philosophe. Il vit en Belgique et enseigne la philosophie de l’art à l’Institut des Hautes Études en Communications Sociales (I.H.E.C.S.), de Bruxelles.

______________________________________________________________________________

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s